Annuaire Voitures

L'actualité Auto Moto

Motos & Scooters

Moto : 4 équipements pour lutter contre le froid

Quand toute une région s’est construite sur l’industrie lourde, le bagne et la déportation, les lieux sacrés sont restés une abstraction, une autre dimension, une vague fiction… Après la disparition de l’union soviétique, beaucoup de villes se sont éteintes mais les églises ont poussé comme des champignons colorés… à part celle de Magadan, qui est gigantesque, dans les autres villes, elles (. Ce rapport entre vitesse et froid ressenti est établi scientifiquement grâce à l’indice de refroidissement éolien (IRE) : lorsque la température extérieure est de 0°C à l’arrêt, elle peut descendre jusqu’à -10°C en roulant à 90 km/h et même à -15°C à 130 km/h. Et de toute façon, je vous le dis d’expérience, après des milliers de kilomètres parcourus en hiver, sur le bitume, la terre, la neige et le verglas, de la Norvège au Maroc, du bord de mer à plus de 2. Cela dit, on m’a prêté une F 700 GS quand j’ai fait réviser ma moto en janvier, et je me suis caillé (c’est une expression lyonnaise) avec cette moto qui n’avait qu’un petit saute-vent : ma cagoule aurait été la bienvenue à ce moment-là . Idem : j’ai (re)trouvé et acquis une Suzuki 750 GSX Inazuma quasi neuve (27000km) à l’entretien réduit et faisable soi-même , et j’attends le printemps pour revendre ma BMW 1200 R-LC (pourtant peu optionnée) : 4 carbus , 4 cylindres , 2 (.

Cela suppose par contre d’avoir un blouson assez ample pour enfiler en dessous un t-shirt en textile technique (éviter le coton qui ne tient pas chaud et n’évacue pas la transpiration) et une sous-veste en softshell, de préférence à manches longues. Eh bien, pourtant, il fût l’un des titres de presse biker américain qui a compté ; qui s’adressait à tous les Harley-Davidson enthusiasts et custom motorcycle aficionados L’histoire a bien failli s’arrêter début 2014 lorsque (.
Je voudrais plutôt évoquer mon équipement pour l’hiver : une veste Bering avec une doublure que je retire à la mi-saison ; un pantalon Motomod avec lui aussi une doublure ; des gants d’hiver Mac Adam Evo Baïkal ; des bottes TCX touring étanches que je porte aussi en été, et c’est tout.
– – –
Réponse
Môssieur Philou, qui est mon meilleur ami, oublie de préciser qu’il conduit une RT, moto très protectrice des intempéries, ce qui ne l’empêche toutefois pas de bien se cailler les miches par temps de gel malgré la couche de graisse de protection du conducteur… Il oublie également de mentionner parmi son équipement le tour de cou et les gants d’hiver qu’il m’a obligeamment empruntés depuis trois ans. Pour ne pas avoir froid en roulant des dizaines, voire des centaines de kilomètres, par 5 à 15°C ambiants, on peut garder son équipement motard habituel : casque, blouson cuir ou textile, pantalon léger ou jeans, bottes….

Il faut vraiment des bottes avec une tige la plus haute possible car les chevilles sont une porte d’entrée grande ouverte pour le froid, surtout avec le bas de pantalon qui remonte au fil des kilomètres à cause des mouvements de la cheville sur les commandes. Un vol de deux heures, pour rattraper deux heures de décalage et qui décolle avec deux heures de retard, il y a de quoi se perdre dans l’espace temps… je me retrouve dans le club de moto du jour de mon arrivée ; on m’a laissé la clé dans le cendrier du porche d’entrée, au milieu des mégots. Personnellement, je compatis avec les motards qui roulent en roadster pendant l’hiver : ils sont peu nombreux, mais j’en croise quelques uns, et je les salue tous pour leur courage, ce courage que beaucoup de gens m’attribuent à tort : « Vous roulez avec ce froid . La présence de coques de protection aux articulations et dans le dos reste évidemment préférable, ne serait-ce que parce que ces coques rigides procurent un barrage supplémentaire contre le froid. Exemples de membranes coupe-vent: Windbear, Windstopper, Antifreeze… Privilégiez une protection extérieure respirante et imperméable: membrane Gore-Tex (exclusivement par DuPont qui fournit de nombreux équipementiers) ou Sheltex (par Hein Gericke). Une simple polaire, à moins d’être doublée d’une couche coupe-vent, laisse passer le vent, elle devra être portée avec une couche supplémentaire de protection (en Windstopper, par exemple) pour être efficace.

Si vraiment vous craignez les engelures aux pieds, essayez d’abord la paille ou le papier journal dans les bottes (à l’avant, devant les orteils), puis des chaufferettes sous la plante des pieds, et enfin les semelles chauffantes (par BMW et Gerbing). Ralentir l’allure en hiver est donc fortement conseillé, d’autant que cela augmente sa marge de sécurité dans des conditions de roulage plus difficiles : adhérence précaire, visibilité réduite, réflexes ralentis par le froid, etc.

Comment éviter les coups de chaud à moto (…)

Pour les adeptes des concentres hivernales dans la neige, voyez du côté des spécialistes des produits « Grand Nord » comme Sorel pour les bottes et les chaussettes Monnet Yeti, conçues pour les explorateurs polaires. Dans ces conditions, il est impossible de compter sur un dispositif externe pour se réchauffer : non seulement la chaleur apportée à la peau ne peut pas être diffusée à l’ensemble de l’organisme puisqu’il n’y a quasiment plus de circulation sanguine à ce niveau, mais elle peut provoquer des brûlures cutanées graves.

Le choix des vêtements est évidemment essentiel pour rouler confortablement, mais tous les équipements estampillés « grand froid » ne se valent pas, comme le prouvent nos tests.

Je voudrais appuyer le propos de Fabien, qui indique que le but des équipements hivernaux n’est pas tant d’augmenter la température corporelle que d’en limiter la chute, de façon à la maintenir à un niveau compatible avec la vie. Sans vouloir me prendre pour un avis autorisé, car pas dans la partie médicale, je voudrais quand même préciser qu’il faut tordre le cou à cette idée comme quoi on attrappe la crève en ayant froid. J’ai essayer une cagoule, mais me suis fais peur car mon champ de vision était très limité sur les cotés pour la vision directe en changement de file sur voie rapide; et puis le réglage est fastidieux, ça gratte etc….

Contre la goutte au nez sous le casque (…)

Les chaussettes en Coolmax ou Thinsulate pour rollers, montantes jusqu’aux genoux, de préférence renforcées au tibia et à la malléole, donnent de bons résultats, celles pour l’alpinisme aussi.

Pour ma part, je roule avec deux blousons BMW (tous deux achetés en déstockage) qui sont équipés avec une membrane Gore-Tex laminée au Cordura (ou Dynatex) et des zips d’aération, ce qui leur confère une remarquable polyvalence. La règle de base est de superposer plusieurs couches d’habits (généralement trois), de façon suffisamment ample pour pouvoir bouger, tourner la tête, ne pas comprimer les articulations (coudes, épaules, bassin, cou, genoux), ni oppresser la cage thoracique. En fait, on s’est aperçus avec Fabien que ma version de KlimaKomfort, plus récente que la sienne, comporte un capuchon, dont la partie inférieure, celle qui est en contact avec la nuque, est imperméable et comporte deux pattes qui viennent se fixer l’une à l’autre devant le cou. Petite précision, une softshell n’est pas une seconde couche qui vient se mettre entre la 1ere et 3eme couche, mais une « remplacente » de la 3e couche qui s’appelle hardshell, elle est juste soft au lieu d’être hard donc molle au lieu d’être dure, en faite elle n’est pas imperméable mais DEPERLANTE, on peut bien sûr l’utiliser en tant que 2e couche mais ce n’est pas sa fonction, c’est plutôt un mélange entre 2eme et 3eme couche.

Même chose en ce qui concerne les gants : j’ai utilisé tout l’hiver dernier (2012) des gants chauffants branchés sur la batterie, je ne les ai pas encore sortis de la naphtaline cette année parce que mes mains sont assez bien protégées par les rétroviseurs.

Les effets de l’alcool à moto

Le week end dernier j’ai du faire 250 bornes dont 200 sous des trombes d’eau, j avais mis une veste pluie ce qui m’a sauvé, mais si cours de ma route ,départ temps sec et que je me prends des sceaux d’eau j’aurai bien aimé avoir un équipement qui ne m’oblige pas à m’arrêter …mais d’après ce que je comprends ce type de vêtements n’existe pas…. A l’étage du premier musée, il y avait aussi une grande salle consacrée aux goulags… toutes ces photos de visages oubliés, ces gens qui se sont retrouvés là sans comprendre pourquoi, leurs papiers, quelques souvenirs, leurs outils de mineurs… il s’est passé des choses terribles à Magadan mais seul mon mécano du premier jour me parlera du malaise de vivre dans cette ville née par le bagne et (.
Un caleçon long porté sous un jeans ne servira à rien si vous n’isolez pas le jeans du vent relatif, par une sous-couche coupe-vent, avec en plus des coques de protection aux genoux et/ou sur les tibias. Je pratique le cyclisme toute l’année et je rejoins votre avis quand à l’utilisation des vêtements de sport tel que le vélo qui sont sommes toute trés efficace pour lutter contre le froid voir l’humidité
Merci pour vos bons articles et conseils
Salutations et bonne route
V Pier VDS.

Une K1600 de 2002, ça n’est tout simplement pas possible pour un modèle sorti en 2011…
Pour le reste, je ne peux que confirmer ce que dit Fabien à propos de la tenue BMW KlimaKomfort, qui permet de rouler plusieurs centaines de kilomètres sous une pluie diluvienne tout en restant parfaitement au sec.

Le complément indispensable des gants en hiver, voire dès l’automne dans les régions froides, ce sont les poignées chauffantes, montées de série, en option ou en accessoire adaptable en « after market ». C’est tout le paradoxe des gants hivernaux : il faut qu’ils soient composés d’une épaisse couche de ouate des deux côtés de la main qui va conserver la chaleur du sang, mais cette épaisseur pénalise le bon senti des commandes.

Ou alors faut-il que je me résigne au fait que les veste censées pouvoir être utilisées toute l’année sont forcément des compromis et de mauvaises vestes en conditions extrêmes … Merci en tout cas pour les recommandations des magazines des années passées, sans ça , ce serait difficile de les trouver (les médiathèques sont rarement abonnées à plus d’un mag moto, les radines…). En revanche, les sur-gants à trois doigts que j’ai achetés chez Cardy ne me servent à rien : avec mes gants d’hiver, ils m’empêchent carrément de manipuler les commandes de la moto.

Assurez-vous qu’elle présente un bon joint thermique au niveau de la fermeture éclair centrale, avec si possible un double rabat décalé: ça prend du temps à fermer, mais c’est très efficace.

Les “terres rares”, nécessaires aujourd’hui à ces véhicules électriques plébiscités par bobos et gouvernements néo-écolos, sont bien plus limitées que le pétrole, et plus polluantes au long de leur cycle de vie (de l’extraction à la (.

La vérité (constatée chez tous mes amis motards), c’est que l’on finit toujours par faire des concessions; entre une veste GoreTex à 450EUROS et l’erzatz moins respirante à 150EUROS, on fait contre sa volonté souvent mais par raison le choix N°2.

Comment résister aux grands froids à (…)

An 2 pour le trophée Robert Doron, organisé en hommage au patron de la concession ParisNordMoto situé à Aulnay Sous Bois, suite à son accident survenu à Magny Court alors qu’il allait disputer une manche de la coupe de France Promosport.

Carburant explosif Les « gilets jaunes » ont porté haut et fort la grogne contre la hausse des carburants partout en France le 17 novembre dernier, et nombre de citoyens motards se sont joints aux cortèges et autres blocages. Perso, je suis complètement revenu des tenues « 3 en 1 » ou « trois couches », je trouve que ça ne va jamais, c’est trop ch… de devoir rajouter une doublure en cours de route en cas de gros changement météo, la veste devient trop grande et flotte quand on enlève les deux doublures et en plus, c’est rarement bien imperméable à cause du passage d’eau par capillarité entre les doublures qui se touchent.

Quand je partais le matin, je n’avais plus qu’à connecter le câble relié à ma batterie à celui de ma veste, à connecter mes gants à chacun des câbles sortant de mes deux manches, à régler l’intensité du chauffage, et c’était parti, confort assuré même par -10° C. salut,
l’équipement ; c’est très personnel , porte-monnaie et goût de chacun; là où j’en suis : pantalon de ciré « bateau » acheté en coop maritime(40€ environ) pour le haut: soit parka bmw léger enfilé par dessus le blouson (75€ en solde) ou veste alpinestar modèle « andes » plus imperméabilisant( en bombe aérosol) pour la traiter de temps à autre… gant goretex à manchette bottes dainese avec dans la sacoche une paire de gant supplémentaires et éventuellement une combine complète( pas facile à enfiler et toujours tôt ou tard les boules mouillées…. Une bonne veste de route hivernale constitue un bon point de départ, mais même une veste « moyenne » peut se montrer tout à fait efficace si elle est complétée à la fois par un pull coupe-vent ou une sous-veste en laine polaire et par une sur-veste de pluie pour couper les courants d’air.

    En effet, les mouvements, les efforts que l’on fournit avant de partir, en arrimant les bagages, en allant ouvrir le portail, en chargeant la moto, en la poussant… font monter la température du corps. Bonsoir, Après la jolie cabriole que la Honda NX650 et Papytoum ont fait ensemble sur la petite route qui mène d’Urbalacone à Guargale en Corse dans la nuit du samedi 08 juin 2014, il fallait pas mal de temps pour consolider l’une et l’autre. La première couche est portée à même la peau, en général constituée d’un sous-vêtement technique constitué de deux épaisseurs, une face interne en polyester, polyamide ou polypropylène, qui va se charger d’évacuer l’humidité, et une face externe (en laine par exemple) qui va sécher rapidement tout en assurant une isolation thermique.

    Je me fie a ton experience pour l’équipement car mes trajet sous le flotte ou dans le froid n’excédaient pas 35mn dans quelque mois je roulerai quotidiennement 200km en moto, les seuls moment où je ne roulerai pas cela sera quand il y aura de la neige, grêle ou verglas…. Verbalisations à gogo, enlèvements massifs de machines à la porte de Versailles, nouvelles annonces pour bouter les moteurs thermiques hors les murs… Voilà bien une preuve que notre moyen de transport – et notre passion – est totalement déconsidéré par la mairie (. Source : https://www.auto-mechanic-info.com/moto/.
    Si vous ne possédez pas de gros gants d’hiver, ni de poignées chauffantes, il reste la possibilité des sous-gants, mais qui ne seront efficaces que dans une paire de gants assez grands pour laisser le sang circuler et/ou des sur-gants de pluie.
    C’est très cher en neuf, je l’ai achetée d’occasion (état neuf), mais c’est vraiment de l’excellent matos contre la pluie, avec un laminé triple couche respirant épais. Evidement je pourrais investir dans un pantalon pluie pour la mauvaise saison mais, par souci de praticité je ne prefere pas, je trouve ça chiant « de rajouter » encore une couche meme si cela a l’interet d etre aussi windstopper. Je confirme les propos de Fab pour la Tourshell de BMW : elle est chère en effet (vers 5/600 € en neuf, j’avais eu du bol avec une réduc de 40% sur un modèle invendu de la collection de l’année d’avant), mais très efficace contre le froid et la pluie. Pour assurer au mieux une petite virée à moto sans risquer l’amputation, je m’arrange toujours pour avoir un équipement parfaitement ajusté à ma morphologie afin de laisser passer le moins possible l’air et parfaitement adapté à la saison.

    Car le froid et l’humidité, principaux désagréments liés à la pratique hivernale de la moto ou du scooter, peuvent très bien se combattre grâce à une tenue appropriée en tenant compte de quelques facteurs physiques élémentaires.

    Je me suis déjà fait copieusement rincé quelque fois (dont une fois où les gouttes rebondissaient sur le réservoir tellement que ça tombait dru), mais au niveau de la veste ça a toujours été impeccable.
    A défaut de pouvoir tester soi-même l’ensemble des gammes des différents équipementiers, il faudra se référer aux essais menés chaque année par la presse moto spécialisée, notamment « Motomag », qui réalise régulièrement des comparatifs de vêtements d’hiver. Sous une forte pluie, on ne peut pas empêcher une sensation d’humidité au bout de quelque temps, mais aucune veste n’offrira 100% d’imperméabilité pendant 2h00 ou 3h00 je pense (ou alors elle sera tellement peu respirante que l’on aura de l’humidité à l’intérieur à cause de la transpiration).

    Le problème, c’est que si la température corporelle a déjà diminué avant que l’on utilise des équipements hivernaux, il devient à peu près impossible de se réchauffer tout en continuant à rouler en moto.
    Je suis bien consciente qu’il n’y a pas les protections genoux-bassin, ni la protection à l’abrasion, mais c’est pas pire qu’un jean, qu’au pire je peux porter par dessous (pour l’abrasion).

    Choisissez de préférence une veste trois-quarts ou un blouson long (plutôt qu’un blouson court, qui s’arrête à la ceinture) pour éviter les filets d’air au niveau de la taille (à condition bien sûr de disposer d’un cordon de serrage en bas). Pour le bas du corps, même principe : caleçon long thermique sous le pantalon moto coqué et sur-pantalon coupe-vent (pantalon de pluie, par exemple), avec de préférence des chaussettes hautes et des bottes les plus hautes possibles. Gants été : 50 € – très bien, mais c’est plus facile de ne pas être déçu par le matériel d’été dès l’instant qu’il est bien ventilé, le test de qualité ne peut se faire qu’à la gamelle qui n’a pas encore eu lieu.

    juste pour rebondir sur le sujet Hiver que j’affectionne tout particulièrement, nous sommes sur le point de développer un blouson motard spécial Grand froid avec une protection jusqu’à – 50 ° C. « mais aucune veste n’offrira 100% d’imperméabilité pendant 2h00 ou 3h00 je pense (ou alors elle sera tellement peu respirante que l’on aura de l’humidité à l’intérieur à cause de la transpiration).

     »
    Excuse-moi de te contredire, mais la tenue KlimaKomfort, à porter par dessus une veste de moto car elle n’offre aucune protection contre les chutes, permet de rester parfaitement au sec après plusieurs heures de pluie diluvienne.

    Bonjour, C’est lors de l’épreuve de régularité organisée au départ d’Archiac (16) que le jeune pilote Joseph Tougeron de l’AM Nantaise (44) connait sa plus grosse déception de la saison 1969.
    J’aimerais savoir si Olivier, qui a posté hier un commentaire navrant dans « Les motards et le bruit », fait ronfler son échappement en hiver ou s’il ne le fait qu’en JJA (juin, juillet, août).
    Je dispose depuis cette année de la protection de la bulle de ma K 1600 GT, et je n’ai plus besoin de la cagoule que j’ai portée tout l’hiver dernier sur ma Honda CBF 1000 F, surtout quand la température était de -10 ou -15° C en février.
    On ne va pas se mentir, les blousons et pantalons ComfortShell et TourShell ne résistent pas à une grosse pluie prolongée, mais ça tient très bien sous une averse passagère, surtout sur une grosse moto routière qui protège bien.

    Au global, peu de confort, buée (rattrapé avec un fog city env15 €, efficace mais déformant la vision surtout de nuit), écran fragile, bruyant, de l’air qui passe dans tous les sens (par -3, ça le fait pas)
    Bilan : rachat d’un casque haut de gamme (arai) 600 €, mais on est pas obligé de monter jusque là, disons que le min pour le confort est vers 450 € (pour d’autres marques). Encore une fois, la meilleure veste hiver du monde sera vraiment plus efficace si elle est complétée d’un tour de cou (ou cache-col), idéalement composé d’une membrane coupe-vent associée à une couche de laine polaire, voire d’une fine cagoule. (j’habite dans les Ardennes ) Ma machine est une Honda CB 750 F2 de l’année 2000 excellente moto trés facile et agréable, que je conseille à tous (débutants , ou reprise de la moto aprés arrêt prolongé ). Blouson : 150 € – Pas assez étanche, pas assez respirant (pas du tout même), col pas assez haut ce qui est gênant même avec un tour de cou qu’il faut alors placer avec grand soin, de l’air qui passe dans le haut du dos.