Mais où sont passées les voitures d’occasion ?

Le marché des voitures d’occasion a explosé ces dernières années. Les modèles diésel et essence de seconde main font maintenant le chassé-croisé entre la France et les autres pays d’Europe. Ce qui représente une aubaine pour les distributeurs qui voient de plus en plus de modèles d’occasion passer entre leurs mains. Aujourd’hui, l’effondrement des ventes de voiture Diésel a un effet non négligeable sur le flux de véhicules d’occasion entre la France et les autres pays européens. Voici ce qu’il faut savoir sur ce flux de voitures.

Le déficit des modèles essence comble

Le constat est assez global : les véhicules essence manquent de plus en plus dans le secteur de l’occasion. En effet, une beaucoup de modèles diésel ont déjà été exfiltrés de France vers les autres pays européens. Pour les modèles essence, le déficit est en train d’être comblé par l’arrivée de nouveaux modèles de plusieurs constructeurs. Aujourd’hui, les exportations de véhicules depuis la France sont plutôt stables (environ 160.000 modèles) dont les trois quarts sont des diésels.

Les importations ont aussi progressé en passant de 80.000 à 108.000 modèles en seulement quelques années. Il faut noter que la valeur moyenne des véhicules d’occasion importés depuis l’étranger est de 14.000 euros. Le plus souvent, ce sont des voitures venues d’Allemagne, d’Espagne, d’Italie ou de Belgique avec un kilométrage ne dépassant pas les 80.000 km chez Jts Auto Service. En ce moment, les modèles les plus demandés sur le marché d’occasion restent les voitures essence, dont la Renault Clio ou la Volkswagen Polo.

Des ventes qui se dynamisent en Europe de l’Est

Avec la relative fermeture des pays du Maghreb par rapport à l’importation des voitures d’occasion, celles-ci prennent la direction des pays de l’Europe de l’Est. Aujourd’hui, des pays comme la Pologne ou la République Tchèque aiment importer des véhicules en provenance de l’Europe de l’Ouest qui sont réputés mieux entretenus. De plus, leur valeur moyenne ne dépasse pas les 7000 ou 8000 euros pour un kilométrage qui excède rarement les 100.000 km au compteur. Ce sont aussi des destinations peuvent devenir des points de passage vers des pays comme la Russie et l’Ukraine.

Pour les voitures électriques de seconde main, on note aussi une demande croissante en provenance d’Espagne, d’Allemagne. Toutefois, ces modèles sont bien plus présents en France que partout ailleurs bien que ce secteur ne soit qu’à ses balbutiements. Cependant, une hausse sensible des ventes de véhicules électriques d’occasion est à prévoir d’ici quelques années.