Aller à Paris en voiture sans vignette : pourquoi c’est une mauvaise idée

Les vignettes Crit’Air permettent de connaître facilement le niveau de pollution d’un véhicule. On retrouve principalement six catégories de vignettes classant des véhicules thermiques jusqu’aux véhicules électriques. Les pouvoirs publics l’utilisent pour adopter une politique de circulation en cas de pics de pollution.

Les sanctions si vous roulez à Paris sans vignette

Les personnes qui partent à Paris sans vignette risquent d’importantes amendes. Généralement, pour les véhicules, l’amende forfaitaire est de 68 €. Si le conducteur en faute ne paie pas, l’amende peut être majorée à 180 €. Les bus, les autocars et les poids lourds qui roulent à Paris sans vignette sont sujettes à une amende forfaitaire de 135 €, en cas de non-paiement, une majoration de 375 € est applicable.

A découvrir également : Avis des Consommateurs sur le Peugeot 3008 : Quels Modèles Faut-il Éviter ?

Des sanctions applicables dans d’autres régions

Dans toutes les zones de circulations restreintes, vous n’avez plus l’autorisation de conduire sans avoir de vignettes. Toutefois, dans ces zones, l’usage des vignettes peut différer selon la politique appliquée. Outre Paris, Grenoble, Lille et Lyon sont pris en compte dans cette disposition. Des décisions spécifiques sont prises pendant les périodes de pics de pollutions. Par exemple, la zone d’interdiction s’élargit à la zone délimitée par l’A86. Ainsi, en ces périodes de pics de pollutions, vous pourriez être sanctionné si vous conduisez sans vignette ou même avec une vignette interdite.

Les exceptions

Tous les véhicules ne sont pas concernés par cette disposition. Les véhicules qui ont une carte de stationnement pour personnes handicapées, les véhicules qui ont une carte grise collection, les véhicules de transports frigorifiques, les véhicules spécialisés en approvisionnement des marchés, les citernes et les professionnels de déménagement ne sont pas concernés par ces sanctions. En ce qui concerne les cartes, on parle de carte mobilité inclusion et du CMI, déjà disponible depuis le 1er janvier 2017.

A lire aussi : Voyager autrement : l'attrait croissant pour les vans hybrides aménagés

Les véhicules dits « d’intérêt général prioritaire » ne sont pas également concernés par ces sanctions. Il s’agit entre autres des ambulances, des véhicules de polices, des véhicules de gendarmes et ceux des policiers. Notez également que les « véhicules d’intérêt général de facilité de passage » ne sont pas également listés. On peut citer les véhicules de transports de fonds de la Banque de France, les véhicules des médecins de garde, les véhicules de transport d’organe, etc.

Malheureusement, les véhicules dits les moins polluants doivent également avoir de vignette pour circuler dans les zones de circulation restreinte. La vignette Crit’Air doit bien figurer sur le pare-brise. Les véhicules électriques et les véhicules à hydrogènes reçoivent la vignette « zéro émission ».

La procédure pour avoir une vignette

La procédure pour avoir sa vignette est assez simple. Ce qu’il faut, c’est se rendre sur le site créer à cet effet (la plateforme de certificat air). Avant de lancer la procédure, assurez-vous que votre carte grise est à jour. Une fois sur la plateforme, on vous demandera de renseigner votre numéro de plaque ainsi que la date d’immatriculation du véhicule. Votre vignette vous sera envoyée à l’adresse rattachée à votre case, c’est l’une des raisons pour lesquelles elle devrait être à jour. Le service coûte en tout 4,18 €, incluant les frais d’acheminement et de production.

Articles similaires