Permis : 5 trucs à ne surtout pas oublier lors de votre examen

{lang : ‘fr’}

La date pour passer votre permis approche rapidement, et quelle que soit la formule que vous avez adoptée pour le préparer, vous voulez seulement dire au revoir aux leçons de conduite et conduire seul. Mais pour cela, il est nécessaire de passer l’examen du permis de conduire avec succès. Dans cet article, je vous offre 15 conseils pour le préparer et le réussir. Alors fixez vos ceintures et partez !

A voir aussi : Pourquoi louer une voiture auprès de professionnels ?

Astuce 1 : Pour apprendre à conduire, choisissez la formule qui vous convient le mieux

Lorsque vous vous inscrivez à une école de conduite, cette dernière propose plusieurs formules pour préparer votre permis de conduire : conduite accompagnée, conduite intensive et plus traditionnelle. Veillez à cibler vos attentes et vos capacités : vous vous sentez capable de suivre un cours de conduite intensif, avec plusieurs heures de conduite par jour (et surtout, votre horaire vous permettra de le faire ?), ou au contraire, êtes-vous moins pressé et aimeriez-vous répartir les heures sur plusieurs semaines ou mois ?

Cela dépend entièrement de vous, de vos capacités et de votre expérience, même si certaines écoles de conduite ne recommandent pas une formation intensive, arguant qu’il n’y a pas assez de temps entre les sessions pour tout assimiler.

A lire également : 50 suspects arrêtés pour escroquerie sur des voitures d’occasion

Avec le consentement du représentant légal et de l’assureur du véhicule, il est accessible à partir de 15 ans. Après une formation d’au moins 20 heures, fournie par un instructeur, vous devrez ensuite conduire avec un accompagnateur (pendant au moins un an et 3000 km). Le but de cet article n’est pas de comparer l’apprentissage traditionnel avec la conduite accompagnée. Néanmoins, si vous hésitez entre les deux formules, le site de la sécurité routière peut vous aider à faire votre choix.

Quelle que soit la formule que vous choisissez, soyez motivé dès le début (que ce soit pour le code ou la pratique) !

Astuce 2 : Entraînez-vous régulièrement

C’ est comme des études et des examens : il ne sert à rien de revoir à à la dernière minute, c’est en travaillant régulièrement que vous y arriverez.

En effet, ce n’est pas une semaine à compter de la date à laquelle vous avez passé l’examen du permis de conduire que vous devrez vous réveiller et demander environ 20 heures par semaine. Cependant, rien ne vous empêche de reprendre des heures avant de passer votre permis, pour vous rassurer !

Le permis de conduire n’est pas seulement la conduite : vous pouvez pratiquer à la maison, en lisant régulièrement votre carnet de codes (ce n’est pas parce que nous l’avons obtenu que vous devez tout oublier !), en étant passager (vous vous mettez dans une situation réelle et vous vous demandez, « comment aurais-je réagi ? »  ») ou en préparant des questions de vérification interne et externe.

Astuce 3 : Conduire autour du centre d’examen

En effet, lorsque vous réussissez votre permis de conduire, vous ne pouvez pas vous rendre dans les zones où l’instructeur vous conduisait, vous rester dans le centre d’examen (rappelez-vous que le test pratique dure 32 minutes avec un minimum de 25 minutes de conduite et 2 manœuvres). C’est pourquoi, lors de vos dernières sessions, votre instructeur devrait vous emmener autour du centre d’examen afin que vous puissiez prendre quelques repères. Remarquez quelques particularités de l’endroit (par exemple, près de mon centre d’examen, il y avait beaucoup de priorités à droite et mon instructeur savait que c’était ma bête noire…), même si, quand vous avez obtenir votre licence, vous allez probablement aller dans des zones inconnues, vous devrez adapter ! Certains moniteurs ne sont pas d’accord pour vous emmener au centre d’examen trop souvent, car vous pourriez être en mesure de conduire « automatique » pendant le permis sans vous poser de questions, car vous serez habitué à cette zone. Si votre instructeur refuse de vous emmener au centre d’examen, parlez-en avec lui : une seule session ne triche pas, il vous permettra de saisir le test calmement, ayant déjà conduit là-bas une fois.

N’ hésitez pas à parler avec votre moniteur : discutez de vos faiblesses, mais aussi de vos points de support, d’une présentation potentielle à l’examen du permis de conduire et de la possibilité de passer un examen en blanc !

Astuce 4 : Quelle voiture pour mon permis ?

J’ ai eu la chance de passer mon permis sur le même modèle que l’école de conduite, donc j’étais déjà à l’aise, tant pour la conduite que pour les contrôles internes et externes.

Généralement, tout est fait pour s’assurer que les candidats apprennent à conduire et à passer leur permis sur la même voiture, mais il y a parfois quelques exceptions. Dans ce cas, ne paniquez pas : si vous savez conduire avec une voiture, vous savez conduire tous les autres !

Si, cependant, vous savez à l’avance qu’il ne sera pas le même modèle lors de votre examen, demandez à votre moniteur si vous pouvez avoir une session pour prendre le contrôle de ce nouveau véhicule et vous entraîner aux contrôles internes et externes (certaines choses diffèrent d’un modèle à l’autre, comme ouvrant le capot ou le positionnement de différents réservoirs sous elle).

Astuce 5 : Gérer le stress la veille de l’examen

C’ est tout, le grand jour arrive… et le stress avec elle ! Chacun a sa propre façon de faire face au stress : méditation, homéopathie… en fait, pensez à lire l’article d’Enley Tyler sur la médecine non conventionnelle pour trouver des solutions pour réduire le stress et passer une bonne nuit avant l’examen tant attendu.

Au cas où aucune méthode ne fonctionne, vous pouvez toujours demander à quelqu’un autour de vous de vous donner un gros coup sur votre tête : alors assommé, vous arrêterez de stresser et de déranger tout le monde dans l’angoisse !

Astuce 6 : Mangez des pommes

Ce n’est pas nécessairement bon pour la licence, mais c’est bon pour votre santé. Vous pourriez aussi bien venir passer votre permis de conduire en pleine forme !

Plus sérieusement, prenez le temps de prendre un bon repas (ou une collation si votre estomac est trop attaché) pour éviter de tomber dans les pommes en raison d’un débordement d’émotions !

Astuce 7 : Gérer le stress le jour J

Si pour un certain stress peut être un moteur, pour d’autres, il peut être très désactivant. Alors, apprenez à vous contrôler afin de ne pas perdre vos moyens dans la voiture.

Le plus long attend : attendez votre tour tranquillement, vous pouvez même écouter de la musique afin de vous isoler, de sorte que le stress des autres candidats ne vous empoisonne pas.

Généralement, votre moniteur est avec vous dans la voiture pendant votre événement. Pour ma part, ce n’était pas le cas, mais c’était un instructeur que j’avais eu lors de mon examen blanc proposé par l’école de conduite.

Une fois votre tour arrivé, soufflez un coup et commencez ! Si vous êtes ici, votre moniteur croit que vous avez le niveau et toutes vos chances de succès !

Astuce 8 : Prenez le temps de régler

dans Il ne sert à rien de se précipiter : asseyez-vous, prenez vos marqueurs dans la voiture, faites vos réglages correctement, c’est une question de sécurité. N’oubliez pas d’allumer vos feux, si vous êtes dans l’obscurité ou sous la pluie !

Je vous conseille d’abord de vous attacher, puis de faire vos réglages. En effet, sous tension, on peut être tenté de faire ses ajustements et de partir directement. Méfiez-vous de l’élimination directe si vous n’avez pas bouclé votre ceinture !

Vérifiez également que les passagers sont attachés (cela peut sembler ridicule car vous avez des conducteurs avec vous, mais ils peuvent aussi avoir leur tête ailleurs… ou simplement vouloir vous tester !). Certaines écoles de conduite obligent les élèves, lors de leurs séances de conduite, à dire à haute voix : « Tout le monde est bien attaché ? »  », ce qui les oblige à avoir le réflexe de vérifier que leurs passagers ont mis leur ceinture de sécurité.

Astuce 9 : « tourner à droite » euh… où est-il ?

Peut-être un petit problème de latéralisation ? Si spontanément vous ne pouvez pas me dire où est la droite, oui, il y a un petit problème. Mais ne paniquez pas, vous avez juste besoin de quelques choses !

Par exemple, lorsque vous détenez une licence, mettez une montre ou un bracelet lourd à droite (ou à gauche, selon vos préférences). Pour ma part, je sais que j’écris avec la main droite, donc je trouve le bon grâce à ma main de script, mais vous pouvez aussi vous dire que vous conduisez à droite, c’est un bon point de repère !

Lorsque j’ai obtenu le permis, j’étais tellement anxieux que lorsque l’inspecteur m’a demandé de me rendre à gauche au rond-point, je me suis perdue au rond-point et je suis allé tout droit (à ma disposition, je venais de quitter le centre d’examen et je n’avais pas suivi les conseils que j’avais donnés ci-dessus concernant le stress).

Mais rappelez-vous : tant que les manœuvres sont correctes, une erreur de direction n’est pas éliminatoire.

Astuce 10 : Faites ce que vous avez appris

Pas besoin d’innover : si on vous a appris à faire une niche d’une manière, il n’y a aucun intérêt à essayer une autre technique le jour de la licence. Vous aurez beaucoup de temps pour vous tester une fois que la carte rose convoitée sera dans votre poche.

De même, il est inutile de faire trop de zèle, de rester naturel, de faire ce que l’inspecteur vous demande, sans ajouter (à quoi sert de vous mettre en difficulté ?).

Conseil n° 11 : Audits internes et externes

Assurez-vous de passer en revue les questions de vérification : elles ne sont généralement pas compliquées et déjà existantes (l’inspecteur vous demande les deux derniers chiffres sur le compteur qui correspondent à une question). Mettez toutes les chances de votre côté en les travaillant à l’avance.

Si la réponse ne vient pas tout de suite, n’hésitez pas à prendre un peu de temps pour réfléchir (sans abus) : certains sont très logiques et faciles, mais il y a sont certains qui sont un peu plus compliqués et ont parfois besoin d’avoir été lus avant.

Astuce 12 : Observez votre environnement

Restez attentif : rappelez-vous que vous êtes sur la route et que vous partagez donc un espace avec d’autres utilisateurs : le danger peut être partout. Anticiper (traverser un piéton, passer un rouge clair…) afin de réagir aussi rapidement et efficacement que possible. Néanmoins, n’oubliez pas de vous détendre !

Être attentif vous permettra d’éviter certains pièges, recherchés ou non par l’inspecteur. Je me souviens quand j’ai passé mon examen de permis de conduire, l’inspecteur m’a demandé de tourner à droite à l’intersection suivante. Quand je me suis retourné, j’ai vu le signe interdit, rien ne le prédit. L’inspecteur a été tout aussi surpris que moi, mais cela aurait pu être une technique pour vérifier ma réceptivité et ma connaissance de la loi sur la route.

Astuce 13 : Ne laissez pas l’inspecteur vous déstabiliser

L’ inspecteur n’est pas un monstre, il est humain comme vous. C’est pourquoi ils peuvent commencer à parler à votre instructeur ; ne vous laissez pas prendre dans la conversation et restez concentré sur votre conduite.

Certains inspecteurs ont aussi la remarque facile (« vous êtes un peu trop à droite » ou « il est limité à 50 ici, allez un peu plus vite »…), mais ce n’est pas un mauvais signe, ne désespérez pas. Reprenez-la pour ne pas avoir d’autres remarques (parce que si vous avez trop d’interventions verbales de l’inspecteur, cela sent un peu russi) et continuez votre épreuve. Rappelez-vous : jusqu’à ce que l’inspecteur touche les commandes, rien n’est perdu ! Et même s’il les touche, calmez-vous, ne vous fâchez pas contre l’inspecteur et ne sortez pas de la voiture. Qui sait, peut-être que la prochaine fois tu auras le même détective…

Astuce 14 : penser à tout : clignotants, contrôles, vitesse

Comme mentionné au Conseil No 12, l’inspecteur peut faire un commentaire sur votre vitesse. Sur la route, il ne faut pas interférer avec les autres, donc quand il y a une limitation de vitesse, vous devez conduire aussi près que possible de cette vitesse sans la dépasser. Si vous êtes à 40 km/h sur une section limitée à 50 km/h, l’inspecteur vous laissera remarquer et vous demandera d’accélérer (attention, si elle se répète trop à ce niveau, certains candidats peuvent échouer à l’examen). De même, si la route est limitée à 30 km/h, vous n’avez pas à dépasser cette vitesse.

Lorsque vous voulez changer de voie ou tourner, n’oubliez pas de faire vos commandes, puis allumez le clignotant.

Astuce 15 : Restez attentif jusqu’à ce que le véhicule s’arrête

Le centre d’examen est en vue, vous n’avez pas eu de remarques ou d’intervention de la part de l’inspecteur, est-ce gagné ? Ne vends pas la peau de l’ours avant de le tuer. Restez concentré jusqu’à la fin, vous ne savez jamais, quelques bêtises peuvent être faites au dernier moment.

Rappelez-vous qu’il appartient à l’inspecteur de décider de passer ou non l’examen du permis de conduire : je connais quelqu’un qui s’est vu refuser son permis de conduire en raison de « manque d’assurance ». Selon elle, cette personne avait été très bien conduite, l’inspecteur n’était pas intervenu, mais il estimait que la personne serait trop dangereuse sur la route. Ne harcelez pas l’inspecteur à la fin de votre test pour voir si vous l’avez réussi ou non : la décision n’est pas annoncée immédiatement. Faites comme tout le monde : regardez votre boîte aux lettres !

Ainsi se termine cet article de 15 conseils pour passer l’examen du permis de conduire. Rappelez-vous que d’autres sont passés par là avant vous, et ont réussi, alors pourquoi pas vous ? Ces conseils ont-ils été utiles ? Avez-vous d’autres conseils à partager ? Dites-nous tout dans les commentaires.

Antivirus

Texte sources :

Emmomie

Ecole de conduite Alain

Sécurité routière

Sources de l’image :

Image 1

Image 2

Image 3

Image 4

Image dans l’image principale

{lang : ‘fr’} ****4

Tag : Auto World

Articles similaires